Le Marquenterre

Le Marquenterre est une petite région naturelle de France, partie maritime du Ponthieu située le long du littoral de la Manche en Nord-Pas-de-Calais (arrondissement de Montreuil) et en Picardie(arrondissement d’Abbeville).
Le Sud de cette région est le berceau de la race des chevaux Hensons. Une réserve ornithologique y est implantée, sur la commune de Saint-Quentin-en-Tourmont. De nombreux équipements touristiques proposent une découverte de la faune et de la flore.
Le nom Marquenterre vient de l’expression latine mare in terra — la mer dans les terres —, un nom bien significatif pour expliquer la nature marécageuse de son sol.
La région s’étend de la Baie de Canche à la Baie de Somme sur 33 km de la Pointe du Touquet au nord, à la Pointe de Saint-Quentin au sud. En prolongation, au Sud de la Somme, on trouve les Bas-Champs (dans le Vimeu, notamment sur Cayeux-sur-Mer), petite région de galets amenés par l’érosion des falaises du Pays de Caux et elle-même soumise actuellement à l’érosion. Les éléments les plus légers ont pu traverser le courant de la Somme pour s’accumuler au pied des falaises du Ponthieu et engraisser le Marquenterre. La double accumulation, marine (avec notamment la formation et l’extension des dunes) et fluviale (Canche, Authie, Maye et Somme), a été accompagné de l’action humaine avec l’endiguage (royons) pour créer de polders (renclôtures).
Il s’agit d’une région de dunes (stabilisées par des plantations de pins et d’oyats), d’étangs et marais, de pâtures et de cultures. Elle couvre environ 23 000 hectares.

Le parc du Marquenterre:
Le Parc du Marquenterre est un parc ornithologique situé en bordure de la baie de Somme. Il est d’ailleurs inclus dans la Réserve Naturelle de la Baie de Somme.

Entre la Sibérie et l’Afrique Nord-Ouest, la baie de Somme est une halte de migration pour des milliers d’oiseaux.
Au nord de cet estuaire, un ancien polder agricole de 200 ha est reconverti en une mosaïque d’habitats favorisant l’accueil d’une partie de ces oiseaux puis indirectement des plantes, des insectes, des batraciens… créant un haut lieu de la biodiversité. Pour sensibiliser et faire découvrir cette nature, une structure, le « Parc Ornithologique du Marquenterre » (appellation raccourcie ultérieurement en Parc du Marquenterre), est créée en 1973. Des aménagements légers (sentiers, postes d’observation) sont intégrés au paysage. Des guides nature ornithologues transmettent leur passion aux visiteurs.
En 1986, le terrain du parc est vendu au Conservatoire du Littoral. La gestion est confiée au SMACOPI (Syndicat Mixte pour l’Aménagement de la Côte Picarde), déléguée à l’Association Marquenterre Nature. En 1994, le Parc du Marquenterre ainsi que 3 000 ha du nord de la baie de Somme sont classés « Réserve naturelle nationale », donnant lieu à l’appellation Réserve naturelle de la Baie de Somme. Depuis 2003, le Syndicat Mixte (aujourd’hui Syndicat Mixte Baie de Somme – Grand Littoral Picard) gère la réserve naturelle, intégrant le parc.
L’estuaire de la Somme constitue l’une des célèbres zones de halte, d’hivernage et de nidification pour les migrations de l’avifaune. Plus de 300 espèces avierres (65 % des espèces européennes) ont, jusqu’alors, pu être identifiées sur ce site.
Ce site est reconnu en particulier comme ayant une importance internationale pour la sauvegarde de 10 espèces et aussi de zone de nidification pour plus de 120 espèces

Elle héberge également une importante colonie de Phoque veau-marin (Phoca vitulina), site français le plus important pour la reproduction et les stationnements de cette espèce.

 

 

 

 

 

 

 

On y trouve aussi la présence, chez les batraciens d’espèces rares ou menacées en France comme le Crapaud des joncs(Bufo calamita) et la Rainette arboricole (Hyla arborea).

Le parc du Marquenterre: Lieu d’observation
Le parc du Marquenterre est un lieu privilégié pour observer la nature, les espèces animales et végétales de la baie de Somme. De nombreux oiseaux s’y reposent lors de leur parcours migratoire. Le Parc est aussi un quartier important de reproduction (Spatules blanches, Avocettes élégantes, Cigognes blanches, Aigrettes garzettes…) et d’hivernage pour de nombreux anatidés (Sarcelles d’hiver, Canards pilets, Canards souchets…). Chaque saison renouvelle ses ambiances paysagères, ses « hôtes », ses richesses…
Trois sentiers ponctués de treize postes d’observation permettent au visiteur de circuler librement dans le parc à son rythme. Une équipe de six guides naturalistes permanents ayant chacun des domaines de référence propre (arts animaliers, spécialisation en flore, photo animalière, baguage des oiseaux…) soutenue par 13 guides saisonniers animent la vie du site.
La Maison du Parc propose de nombreux services pour accueillir les visiteurs : cuisine locale du terroir, boutique spécialisée en produits régionaux et librairie spécialisée nature, location de vélo…
Une multitude d’activités de découverte est proposée tout au long de l’année. Le parc participe aussi à divers événements (Fête de la Nature, Festival de l’Oiseau, Week-end du Tourisme & Handicap…).

Facebook les pins